Suite

La toile


 

« Les ateliers sont des déchiffreurs de hiéroglyphes »

Christian Dior

Tailleur, Amar Ait-Braham a réalisé le patronage sur la toile. 

« C'est une oeuvre archi connue, dont maints passages font partie de notre mémoire partagée... Il faut donc raconter l'histoire tout en trouvant une certaine forme de stylisation. »

Georges Lavaudant, metteur en scène


 

« A ce stade, Jean-Pierre Vergier souhaitait plus d’ampleur dans le bas de la robe et allonger la traîne de 50 cm. »

Un damassé blanc cassé pour la partie recouverte de miroirs et un damassé blanc rehaussé de 10 % de métal pour le reste.

40 heures de découpe et de couture sur la robe miroir

C'est Ana-Maria Rivera qui a monté la robe, en assemblant les différentes pièces coupées par Amar.

« Les coutures princesse et les empiècements gansés arrondis qui dessinent sur le buste comme un long corsage révèlent une fantaisie esthétique (pour se faire plaisir) et une astuce technique, un repère qui délimite la partie où seront cousus les éclats – essentiellement pour libérer les bras de la chanteuse.
De plus, s’il faut retoucher à l’essayage, seul le haut sera rectifié. »

Amar Ait-Braham, tailleur

Grand Théâtre Genève

Faust à l’Opéra des Nations

Du 1er au 18 février

Réserver