1947

Géori Boué

Des triomphes sans cesse renouvelés

« Distribution excellente, à la tête de laquelle il sied de mettre Mme Géori Boué, dont la voix a des ressources illimitées et qui joint à une délicieuse grâce physique des dons certains de comédienne. »

Journal de Genève, 12.04.1947

« L’emprise d’un timbre d’une extraordinaire richesse et d’une rare qualité, un des plus beaux talents du théâtre lyrique contemporain »

J.P. Journal de Genève, 28.10.1953 

Suite

Star internationale

Une des plus grandes sopranes françaises, Georgette, dite Géori, Boué débute à 17 ans au Capitole de Toulouse.

En 1939, sa Mimi triomphe à l’Opéra-Comique. Elle y chante également Manon, Louise, Micaela (Carmen), Mélisande (Pelléas et Mélisande), Cio-Cio San (Madame Butterfly), Suzanne (Les Noces de Figaro) ou Violetta (La Traviata), volant de succès en succès.

Elle épouse en 1944 le fameux baryton Roger Bourdin et poursuit sa carrière au Palais Garnier avec Marguerite (Faust), Rozenn (Le Roi d’Ys) ou Desdémone (Othello). Sacha Guitry s'y rend un soir et lui propose, dès le tomber de rideau, le rôle titre dans son film éponyme, La Malibran.
 

Acte III, tableau 5, scène de la cathédrale.

La diva française des Trente Glorieuses

Le monde entier la réclame – Mexico, Londres, Chicago, Rio de Janeiro, Milan, Barcelone, le Bolchoï où elle se produit, à la demande de l’ambassadeur russe, dans une mise en scène époustouflante d’Eugène Onéguine en 1957.

« Le prestige de Géori Boué sur le public est tel qu'il n'est pas un rôle d'importance qui ne lui soit confié », rappelle Le Journal de Genève en 1953.
Néanmoins, la diva se retire de la scène en 1973 pour se consacrer à l’enseignement.

Faust, l'Air des bijoux, sous la direction de Sir Thomas Beecham, 1949.

Sous le charme

« Sur le plateau (de Madame Butterfly), j’y trouvais Géori Boué, apparue comme par enchantement, en tailleur de voyage et toque de velours noir, qui réglait quelques mouvements de mise en scène, fredonnant, virevoltant…

— Et pourtant, cher monsieur, je suis morte ! Arrivée cet après-midi de Belgique, où hier soir je chantais ‘Thaïs’, aujourd’hui je recommence… et demain ailleurs.

— ?

Mon rôle préféré ? Quelle question ! Mais c’est toujours celui que je vais chanter le soir ! Ainsi j’aime varier… mais peut-être ai-je un faible pour ‘Louise’ et ‘Mireille’.

— (…)

— Mais non ! l’art lyrique n’est pas en train de mourir, comme certains l’ont dit, et je n’en veux pour preuve que les salles combles qui m’accueillent partout et le très jeune public massé chaque soir à l’entrée des artistes.

« Aujourd’hui, un joli filet de voix suffit à lancer une vedette… mais pas pour longtemps ! »

Malheureusement, bien certainement, on est moins consciencieux que naguère.

Par contre, un gros effort a été fait pour renouveler le style. Le temps est passé des cadres désuets : aujourd’hui je chante ‘Louise’ dans un décor d’Utrillo ! Demain, ‘Faust’, qui va être repris, subira le même sort heureux. »

D.F. Journal de Genève, 28.11.1950

Madame Butterfly, « Sur la mer calmée », récital de Géori Boué, Orchestre des solistes de Paris, sous la direction de Jean-Claude Hartemann.

Grand Théâtre Genève

Faust à l’Opéra des Nations

Du 1er au 18 février

Réserver