Hors des sentiers battus

Dès la production de 1972, décorateur et metteur en scène, « désireux de faire éclater les anciennes gangues qui étouffaient toute tendance à la liberté de l'art » s'émancipent de la norme gothique et proposent des lectures personnelles. Ces visions innovantes vont polariser les critiques et faire couler beaucoup d'encre.

« Disons, en attendant, que ceux qui aiment dans Faust le sentiment 'vrai', les beaux décors, le pittoresque médiéval, le beau coloris, que ceux qui s'émeuvent de Marguerite, de sa demeure chaste et pure, de ses bijoux et de ses nattes, risquent d'être déçus. Mais ceux qui souhaitent que la scène lyrique elle aussi évolue et fasse table rase des préjugés, des poncifs et des traditions pour redécouvrir les oeuvres les plus conventionnelles du répertoire seront comblés. »

A.W. Journal de Genève, 17.03.1980

Suite

Grand Théâtre Genève

Faust à l’Opéra des Nations

Du 1er au 18 février

Réserver